L'Alsace du 19 Février 2010

  • sarah ourahmoune
  • Presse

 

Sarah Ourahmoune, une championne du monde à Cernay

 
Sportive et étudiante de haut niveau, Sarah Ourahmoune illuminera samedi prochain la réunion de boxe de Cernay. Photo PQR/Nice Matin/Philippe Lambert
 

Le samedi 20 février, la « Nuit de Cerdan » marquera l’entrée du club « Boxe olympique » de Cernay dans le cercle des organisateurs de grands galas. Parmi les invités vedettes : Sarah Ourahmoune, championne du monde et sportive exemplaire.

 

Il a fallu un peu de temps mais maintenant, enfin, ça y est : la boxe féminine est définitivement acceptée et reconnue, au point que le Comité international olympique l’a inscrite au programme des Jeux de Londres en 2012.

Et cette boxe-là, réservée aux amateurs, a déjà généré de magnifiques athlètes. Comme cette citoyenne d’Aubervilliers, Sarah Ourahmoune, championne du monde 2008 des 48 kg, qui viendra illuminer la nuit cernéenne du 20 février.

Un sacré personnage, Sarah Ourahmoune ! À 28 ans, elle possède un palmarès long comme le bras, malgré une interruption de plusieurs années, histoire de se consacrer à ses études, qui l’ont menée à un diplôme d’éducatrice spécialisée. Avant cette interruption, c’est-à-dire entre 1998 et 2002, elle avait décroché deux titres de championne de France, en 48 et 51 kg.

Boxe et sciences politiques

Et après cette interruption, elle s’est remise à la boxe de plus belle… ainsi qu’aux études. Et dans ces deux domaines, elle a changé de division.

Les études ? Cette fois, elle s’attaque à un diplôme de sciences politiques. « J’ai la chance de pouvoir bénéficier d’un aménagement, ainsi que du soutien d’un ‘’tuteur’’, Philippe Copinski, explique-t-elle. Je dois cette possibilité à la Fondation Lagardère qui m’assiste, même si je suis restée licenciée au club d’Aubervilliers, le club de mes débuts auquel je suis toujours restée fidèle, où j’ai toujours travaillé sous la direction de Saïd Bennajem. »

La boxe ? Après avoir remporté le titre de championne de l’Union européenne en 2007 et 2008, elle a pu participer aux championnats du monde 2008, dans la cité chinoise de Ningbo. « Là, raconte-t-elle, je me suis retrouvée en finale face à la Chinoise Chen Ying, que je crois avoir nettement dominée. Pourtant, le verdict a été en sa faveur… »

Une amère déception pour Sarah, comme tant de boxeurs ont pu en ressentir lorsqu’ils ont été victimes de décisions iniques.

Mais peu après est intervenu un autre verdict : celui du contrôle antidopage. La Chinoise était positive, a été déchue de son titre, et la médaille d’or a été restituée à Sarah Ourahmoune… neuf mois plus tard. « Bien sûr, dit-elle, justice m’a été rendue, et j’ai été sensible à la réception que m’a organisée ma chère commune d’Aubervilliers. Mais il me reste de la frustration… »

C’est pourquoi elle continue à travailler d’arrache-pied en vue des championnats du monde 2010 (10 au 18 septembre à la Barbade), et surtout en vue de ces Jeux Olympiques de Londres, « un rêve devenu une ambition » qu’elle ne voudrait manquer à aucun prix.

Son combat du 20 février à Cernay sera une étape dans sa préparation. Il l’opposera à Alexia Cun, une autre Francilienne licenciée au CP Persan. Une adversaire de grande qualité, qui brille également dans les disciplines pieds-poings, mais que l’Albertivillarienne a déjà battue. Ce sera donc un combat revanche, très engagé, qui mettra en valeur les grandes compétences techniques et physiques de deux boxeuses rivales sur le ring, mais unies dans l’intention de promouvoir le « noble art » au féminin.

Michel Muckensturm

« La nuit de Cerdan », 20 février à partir de 19 h 30 au Centre sportif de Cernay. Tarifs : 8 et 5 euros.

 
Carnet de sportive.com -  Hébergé par Overblog