Le Parisien : Ourahmoune vise l'or

  • sarah ourahmoune
  • Presse

SARAH OURAHMOUNE pourrait devenir ce matin à Ningbo (Chine) la troisième Française sacrée championne du monde amateur après Myriam Lamare (2002) et Aya Cissoko (2006).

Vainqueur hier en demi-finale de la Suédoise Haedingz, la mi-mouche (- 48 kg) du Boxing Beats Aubervilliers (26 ans, 47 victoires, 1 nul et 13 défaites) devra pour cela battre en finale la Chinoise Ying Chen lors de son cinquième combat en huit jours.

Une mission délicate lorsqu’on sait la difficulté d’affronter une adversaire sur ses terres. « Je suis impatiente de vivre cette finale, commente celle qui est entrée à Science-po le 12 novembre. Mais je sais que ce sera très difficile, mon adversaire (NDLR : vainqueur (6-5) de la Russe Kuleshova en demi-finale) bénéficiera d’un soutien énorme. »

Comme les sept autres Chinoises en lice lors des treize finales. « Ce ne sera pas forcément un handicap, à condition que les juges ne se laissent pas impressionner par le public, estime son entraîneur Saïd Bennajem, présent en Chine. Il faudra aussi que Sarah impose sa boxe, comme elle l’a fait lors des précédents combats. »

Hier en demi-finale, sa protégée a réalisé une vraie démonstration (8-0) face à la Suédoise Jenny Haedingz.

En suivant les conseils d’Aldo Cosentino, l’entraîneur national, elle a gagné les trois reprises (2-0, 2-0, 4-0). « Sarah survole sa catégorie, techniquement et physiquement, considère Saïd Bennajem. Mais la finale va se jouer sur de petits détails. La tactique sera de faire le combat, car son adversaire aime travailler sur un faux rythme. Il faudra lui mettre la pression. »

Le Parisien, Thierry Reynal, 29/11/2008

Carnet de sportive.com -  Hébergé par Overblog