Dans la salle de l’Aulnay Boxing-Club, en région parisienne, c’est jour de reprise. Sarah Ourahmoune cogne le sac de frappe avec détermination, sous les yeux de son entraîneur, chrono en mains. C’est le premier entraînement de la boxeuse de 34 ans, qui a décroché il y a quelques jours son billet pour les Jeux Olympiques chez les poids mouches (- 51 kg). Une récompense qui soulage après un premier échec.

En 2012, à Londres, la boxe féminine fait son apparition aux Jeux Olympiques. Boxeuse française, Sarah Ourahmoune est alors octuple championne de France et championne du monde 2008. La boxeuse s’entraîne d’arrache-pied mais rate la qualification. « Je suis passée à côté d’un combat contre une fille que j’avais battue dix jours plus tôt. J’ai été angoissée par l’enjeu. » Pour la Française, la désillusion est grande. « Jeux ou pas, j’envisageais d’arrêter ma carrière. »